Grandir…

Ecrit par: Bernard - Le 20 novembre 2014

Twit:

PSA : « On aime bcp Teddy mais il a oublié certaines règles. Il faut être irréprochable en EDF. Il comprend. Ça va le faire grandir. »

Faire grandir. Cette expression très à la mode me gonfle un brin!

Grandir!

A croire qu’à chaque connerie, erreur, mauvaise prestation le bonhomme va « grandir », alors que tous ces sportifs ont depuis belle lurette terminé leur croissance!

Seraient-ils des ados attardés?

A rapprocher de l’expression « c’est un gamin »…

Le sport serait donc, non pas un épanouissement,  mais au contraire une infantilisation de l’individu?

Argent et course à pied

Ecrit par: Bernard - Le 18 novembre 2014

Oui je n’écris pas argent et sport car le domaine est bien trop vaste pour moi…et puis il doit y avoir des tas d’ouvrages qui ont analysé ce domaine !
Même quand je vais ici évoquer ce lien ce ne sera qu’une vision microscopique de la chose, je ne causerai pas de marketing qui est une affaire de gens très intelligents, ni de la presse spécialisée, ni des sponsors.
Non je me contenterai de ce qui est mon quotidien en tant qu’entraîneur de base.

Ah l’argent !
De Funes et sa cassette dans le film d’Oury !
Hollande et son « ennemie » la finance !

Mais sans argent on fait quoi ? Que fait l’entraîneur sans moyens financiers ? Certes se rendre aux entraînements semaine après semaine est peut être envisageable. Mais au-delà ?
Toute ma vie d’entraîneur j’ai vécu avec ce dilemme : comment se dem… pour ?
Tant que l’entraîneur a dans son groupe des coureurs de niveau local, pas de soucis on ne se déplace jamais bien loin et l’optimisation de l’environnement des coureurs (médical, alimentation, soins kiné, etc.) ne posent pas de soucis particuliers.
Mais si dans le groupe un coureur décide de consacrer plus de temps, de s’investir plus (car il s’agit bien d’un investissement !) que faire ?
J’ai connu, il y a bien longtemps maintenant, une période où la question s’était posée…
Un petit cévenol montrait de belles dispositions, en cadet déjà il allait au France, il était parfois accompagné par un vétéran, mais jamais par son entraîneur : pas d’argent !
Ce petit cévenol devint un bon junior 30ème au mondial de cross en 1983…
Et puis, et puis, il  fallut bien se rendre à une évidence : on ne peut accéder au haut niveau sans une logistique adaptée…
Le cévenol émigra alors en Provence, où un grand club put lui offrir de quoi vivre et aussi la possibilité d’aller se confronter aux meilleurs…les soirées de St Maur lui ont permis de passer un premier niveau, de se faire connaitre, ce qui aurait été impossible à Béziers, Perpignan, Montpellier !
Est-ce différent aujourd’hui ? Non !
C’est même devenu pire ! L’été dernier si vous vouliez trouver un 5000 qui « tourne  vraiment » il n’y avait qu’à Carquefou où un coureur aurait pu trouver son bonheur ! Encore faut-il qu’il ait les moyens d’y aller…et que son entraineur puisse aussi l’accompagner!
Et ici ce n’est pas incorrect de déclarer qu’il y a peu de clubs qui peuvent se permettre d’investir sur des coureurs qui souhaitent tirer le maximum de leur potentiel.
C’est aussi trop facile de « râloter » après en disant que « l’argent » est cause de tout !
Diaboliser un club qui a les moyens est stupide…
Ce que l’on peut discuter toutefois c’est de la politique sportive d’un club, connaître ses moyens financiers et savoir ce qu’il en fait!
Car le pognon est un moyen c’est tout !
L’ignorer, où feindre de l’ignorer, est un manque d’objectivité…
L’entraîneur lui n’a pas le choix que d’appeler un chat un chat :
Une saison pour un coureur avec des objectifs biens ciblés c’est au moins 3000 euros.
Alors on fait comment ?
On disserte aux abords du stade, ou on agit ?

Lettre à Sophie, Laure et Elie

Ecrit par: Bernard - Le 14 novembre 2014

Mes jeunes amis, vous venez tout juste de vous lancer dans la grande aventure de la course à pied. Car oui la pratique de la course à pied est une aventure à chaque entraînement renouvelée !
C’est un jeu comme un autre avec de temps en temps des moments où vous compterez les points, ce moment là est un moment fort : la compétition !
Ce jeu, comme tous les jeux, comporte ses règles, ses obligations et vous ne devrez jamais au grand jamais les ignorer. Jamais !
Sachez même que bien avant les règlements il y a autre chose qui est bien plus importante c’est le comportement. Ce comportement obéît à une éthique, à un esprit où la tricherie n’a pas de place !
Soyez pur !
Entraînement après entraînement vous allez acquérir une solide condition physique, votre cœur vos muscles, mais aussi votre cerveau tout va se mette en œuvre…Tout !
Ah il y aura des jours où « cela ne voudra pas rigoler » !
Mais cela ne sera jamais de la souffrance…la souffrance c’est dans les hôpitaux, c’est dans les pays où il y a la guerre, mais pas sur le stade !
Il y a des jours où vous râlerez, même parfois vous me maudirez !
La course à pied fera partie de votre vie, ce ne sera pas toute votre vie, mais vous devrez savoir vous organiser afin de trouver le temps d’aller au stade.
Sur les stades vous ferez des rencontres formidables !
Et surtout n’oubliez jamais au grand jamais que la course à pied est un jeu !

Cross de Nîmes: de Laure à Patrick

Ecrit par: Bernard - Le 12 novembre 2014

Hier très belle journée au domaine de La Bastide à Nîmes!

Une très beau parcours, très bien dessiné qui avec la pluie de la nuit était, il faut le souligner, parfait!

Félicitations au club de l’ENA et à leurs techniciens!

J’ai pris un grand plaisir à assister aux courses qui se sont enchaînées.

Au GBB nous avons pu nous retrouver près de la tente de mon club de Vergèze avec la chaleur qui nous caractérise!

La petite Laure fut la première à se distinguer, et elle a couru comme une grande! Ses parents vont devoir investir dans une paire de pointes car la benjamine de la famille a bien l’intention de retourner, comme on dit, dans les labours! Elle était suivi de Sophie (qui avait un peu loupé sa course à La Saucisse) qui hier a produit une belle course, tête haute et regard déterminé!

Chez les minimes Élie a montré tous les progrès qu’il a accompli, seul un débardeur un peu coquin a troublé sa concentration!

Puis se furent aux grands de montrer le bout de leur nez.

Chez les filles nous n’avions personne, certes Marion était là pour encourager les copains, mais de petits ennuies de santé ne lui permettent pas pour l’instant de courir en compétition.

Chez les gars un débutant, Pierrot, qui a démontré de belles dispositions malgré un entraînement…inexistant! S’il veut se donner la peine…

Quant à Christophe, Pascal, Vincent ainsi que l’inoxydable Patrick ils tous ont fait honneur au GBB!

20141111_12515520141111_12490520141111_15203120141111_15193420141111_152047

 

 

 

 

 

20141111_14004120141111_15205020141111_15212220141111_135722

 

Cela ne cassera pas 4 pattes à un canard!

Ecrit par: Bernard - Le 29 octobre 2014

Midi libre dopage