Entraîner: un art ?

Ecrit par: Bernard Brun - Le 08 juin 2016

Jimmy Viccaud vient de réaliser 9 secondes 86. Est-ce que pour autant Guy Ontanon est le meilleur entraîneur au monde ?
Galen Rupp le kényan blanc étasunien affole les chronos. Est-ce que pour autant Alberto Salazard est le meilleur entraîneur du monde ?
Bien que ces deux entraîneurs n’aient aucun point commun , distance et aussi les moyens mis en œuvre , dans les deux cas ils ne sont pas les meilleurs entraîneurs du monde !
Dans mon domaine, qui est celui du demi-fond et du fond, je vois fleurir une quantité très importante de  »coachs ». L’arrivée des nouvelles pratiques dans l’athlétisme bouleverse le paysage de la course à pied en matière d’entraînement…cela se comprend parce qu’il faut bien  »guider » toute cette population néophyte.
Mais que  »valent-ils » ces coachs  ? « L’entraînement n’est pas une science  » le titre d’un des bouquin de Denis Riché laisse planer le doute…
Entraîner c’est quoi alors ?
Ce que je sais c’est qu’il m’a fallu du temps, beaucoup de temps, lire, rencontrer, échanger, réussir, me planter, passer des heures et des heures sur les stades et chercher, chercher, chercher…avant de devenir ce que je suis.
Un entraîneur compétent ?
Aller donc savoir !
Dernièrement j’ai pu lire le bouquin de Jack Daniels . Sur la première page il est écrit : « the world’ best running coach » n’est-ce pas un peu excessif ? C’est sa méthode mais il y en a bien d’autres qui ont porté leurs fruits, Arthur Lydiard par exemple, mais aussi partout dans le monde,et avec une bonne grosse poignée d’entraîneurs français quand même !
Je conclurais sur ce qu’avait dit Maurice Houvion, qui n’était pas le meilleur entraîneur du monde mais… pas si loin que ça !
« L’entraîneur c’est un chercheur. Il est confronté à des problèmes permanents parce qu’entraîner, c’est pas établir un plan et l’appliquer à tout le monde. Entraîner c’est avoir un individu, un homme, une femme devant soi… »

Lettre à Manon.

Ecrit par: Bernard Brun - Le 05 juin 2016

François D’Haene vient de pulvériser le record du GR20…
D’autres ont aussi « trailé » moins vite un peu partout en France…
D’autres se sont peinturlurés…
D’autres encore se sont mis fadas…
Et toi ?
Toi tu es venu pour la troisième fois de ta vie sur une piste.
Sur la piste, sais-tu ,on approche la vérité en course à pied, ici pas de comparaisons vaseuses, un chrono c’est  »sec ».
Ah tu en as bavé sur ce 3000m !
Ah tu étais déçue !
Je comprends car j’ai connu ça et tous les coureurs qui pratiquent l’athlétisme ont connu ça, cette perf. qui n’est pas  »bonne »…
Je sais aussi que tout se construit, que tu débutes, que tu n’as pas développé les qualités nécessaires…
Je sais que tu connaîtras des moments de bonheur que j’ai souvent rencontré dans les stades, d’autres pleurs que les tiens de vendredi soir !
Résiste !

Inutilité des séries en VMA

Ecrit par: Bernard Brun - Le 13 mai 2016

008

J’ai toujours préconisé des séances de VMA sans séries, je m’en suis toujours tenu à l’explication logique qui veut que pendant la pause entre les séries on sort du système aérobie.

Et ce que j’ajouterais c’est que les très nombreux coureurs qui ont suivi et qui suivent mes conseils s’en sont toujours bien portés!

Oui les meilleurs n’ont et ne dépassent jamais  5000m par séance.

Cette étude confirme ma façon de procéder.

Je ne dis pas que cette méthode est la meilleure , j’affirme que « ça marche »!

dessin jag moi (2)

L’échec en sport.

Ecrit par: Bernard Brun - Le 10 mai 2016

Il y a des jours où l’on voudrait être tout petit-petit, pouvoir rentrer dans un trou de souris . Oui il y a des jours où on préférerait ne pas s’être levé !

On s’entraîne pendant des jours, des semaines, des mois…et puis patatras je jour J :

Nul

Pas de jambes

Mal ici ou là

Pas le chrono

Abandon

Aie !

Plein la gueule, malheureux, des larmes parfois…

Et puis une fois la beigne reçue, la réflexion s’installe, d’abord confuse, on n’évoque que ce qui paraît évident, puis petit à petit les choses arrivent, les vrais choses !

Il ne doit jamais être question de trouver des excuses, non il faut une analyse rigoureuse, il faut savoir le pourquoi !

Il faut prendre un papier et un crayon et noter ce qui c’est passé au cours de sa préparation

Entraînement

Santé

Travail

Famille

Perso

Ensuite analyser le plus objectivement possible et confronter cette analyse avec ceux qui se sont investis dans l’aventure.

Et, soyez en persuadé, on trouve !

Mais, mais, mais, qui cherche trouve…et c’est souvent là que le bât blesse !

Plus le sportif sera exigeant avec lui même, plus les réponses seront fines, plus la correction pour la fois prochaine sera constructive.

Ce qu’il y a de formidable en sport, ce qui n’est pas toujours le cas dans la vie de tous les jours, c’est que l’on a droit à l’erreur ! Quant à trop d’erreurs…Évidemment !

Oh ! J’en ai croisé beaucoup de  »fabricants » d’excuses, il y a toujours quelque chose, il y a toujours un  »je vaux tel chrono », un  »un jour je ferai ceci ou cela », un  »il faisait trop chaud », un  »un tel m’a gêné »…

Un échec cela s’explique cela n’excuse pas pour autant !

Mener une réflexion après un objectif fait parti de l’objectif.

Alors ? Au travail !

Les pierres font partie du chemin. Proverbe roumain

Oh les beaux dessins !

Ecrit par: Bernard Brun - Le 25 avril 2016

technique foulée

Oh les beaux dessins !

Mais que d’approximations !

Le dessin de gauche d’abord :

-Exact les chaussures à partir du début des années 70 ont parfois proposé trop d’amorti ,mais avant tous les coureurs procédaient comment ? Mimoun, Zatopek, etc.

-L’image classique du talon qui touche en premier, oui le pied est ouvert comme cela, mais très vite va  » rebasculer  » vers l’avant et en fait la phase d’attaque talon est très atténuée.

-Le poids du corps en arrière. Ici aussi il faut voir la placement du bassin au moment même ou le pied va rentrer en contact avec le sol.

-Le mouvement de rotation du tronc est très faible chez ceux qui possède un bon relâchement

- »Les articulations durement touchées », tous grabataires les anciens coureurs ?

Le dessin de droite ensuite :

-Mouvement des bras linéaires, oui comme je le précisais pour le dessin de gauche : relâchement !

-Corps en avant …j’hallucine !

-Phase d’accélération à chaque foulée…le plus difficile c’est donc de…partir !

-Les muscles des mollets et des jambes mis à contribution…encore heureux! Cela induirait que ceux qui attaque talon ne se serviraient pas de leurs muscles… !

Et puis le nombres de pas à la seconde…D’un point de vue plus général on ne fait pas ici  le tri dans les spécialités: la technique du 100m n’est pas celle d’un 100km .

La mode des chaussures minimalistes a fait grand bruit car elles auraient été la panacée contre les blessures, or ce ne fut pas le cas (fractures de fatigues au niveau des pieds)

Mais des blessures il y en a tant que cela en course à pied ?

Non !

Et quand il y en a, est-ce la faute à la technique de course ?

Dans la majorité des cas non !

La mauvaise alimentation, le mauvais repos, les mauvais stress et le mauvais entraînement certainement !