Surveillance de l’entraînement .

Ecrit par : Bernard Brun - Le 18 mars 2019

Récemment j’écrivais quelques lignes sur la mononucléose et la difficulté à la diagnostiquer.
Mais je vais balayer devant ma porte ! En effet nous les entraîneurs n’avons nous pas des moyens de vérifier la condition physique des coureur-euse-s ?
Oui !
Comment ? D’abord par l’évaluation à l’aide de tests.
*Un test sur 50m ou 60m au sprint, avec prise de chrono, donnera une indication sur la motricité.
*Un test sur 1500m à 3000m ,avec prise de chrono chaque tour, donnera une indication sur le niveau de la qualité aérobie.
Autres moyens ?
Oui programmer régulièrement une séance de VMA.
Par exemple 8 à 10x 400m. On notera les chronos réalisés et le temps de pause . Si les chronos des fractions augmentent par rapport aux chronos habituels, ou que le-la coureur-euse « s’éteint »au fil des fractions, nous avons une indication. Autre indication une prise des puls pendant la séance et un relevé pendant la récupération pendant les 5’ qui suivent. Ces éléments devront être analysés, ils ne signifient pas qu’il y a maladie mais peut être autre chose, de toutes façons autre chose.
Autres moyens ?
Oui parler, échanger, tchatcher même ! J’en ai appris des « choses » dans ces moments là où l’état général s’exprime ! Quelqu’un qui « fait la gueule » présente forcément un souci !
Après l’analyse c’est autre chose !
Mais, mais, mais ne psychologisons pas trop les choses ! Il est de bon ton actuellement de parler du mental, il a bon dos le bougre ! Certes il a toute sa place mais avec un corps fatigué ou malade il ne fera pas de miracles…j’en ai vu des coureur-euse-s aller au-delà de leur limite « raisonnable » et ne pas avoir le résultat attendu !
Soyons rigoureux dans nos approches, les dieux n’y sont pour rien ni dans nos réussites, ni dans nos échecs !
« Rien de va de soi »
« Rien n’est donné »
« Tout est construit »
G. Bachelard