Quand on est malade pourquoi courir?

Ecrit par : Bernard Brun - Le 29 juillet 2011

Hier Pierrot a abandonné dans le 5000m de Albi…

Était- ce écrit?

Oui à mon humble avis…

Chronologie :

Lundi au cours de sa journée de travail Pierrot a des frissons (altitude et pieds dans l’eau…).

Mardi au lever maux de tête, gorge qui racle, nez bouché… je lui dis : « Pas bon ». Le coup de fil à « Rafi » son fidèle toubib lui permet d’engager un petit traitement…

Mercredi je vais chercher Pié à Marignane…Ouhlala , le nez est une fontaine, les yeux sont rougis…Aie!

Jeudi tout va à peu près bien dans la voiture pour venir à Albi, puis  Pié va faire un tour au stade et là il ressent une grande fatigue revient à la voiture, s’endort…les carottes étaient cuites…il a pris le départ…soit.

J’ai vécu depuis des lustres ce genre de situation et je sais bien que ce que l’on appelle communément un « petit rube » est annonciateur de contreperformance!!!

Alors deux conseils :

- 1 / Débrouillez vous comme vous le pouvez n’attrapez pas froid.

-2 / Si vous êtes mal foutus restez chez vous, vous économiserez du pognon, de l’énergie et ne perdrez pas vos illusions!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>