Le diplôme que je n’ai pas eu…triste histoire.

Ecrit par: Bernard Brun - Le 19 février 2016

VAE 1VAE 2

Oui triste histoire…

Oh pas le fait que je ne sois pas allé au bout de cette Validation des Acquis de l’Expérience!

Non…

Petite histoire personnelle, mais pas que…

En 2004 j’ai été élu à la Ligue du Languedoc d’athlétisme , vice président.

Pendant trois ans, précédé de deux années au Comité du Gard d’athlétisme, j’ai vécu la plus belle période de ma vie en tant que dirigeant.

Oui il y avait eu auparavant la création de l’ACA , Athlétic Club Alésien, en 1974, jusqu’en 1986. Puis le développement du nouvel ACA, Alès Cévennes Athlétisme de 1990 à 1995, qui me laisse aujourd’hui encore un gout amer.

Mais à côté de ces cinq années de dirigeant passé à côté d’un homme que je ne connaissais pas auparavant, un homme qui était devenu un ami très cher, le reste est bien fade.

Mais voilà…

Injustice de la vie…

Le 19 avril 2007 Jean Luc a été terrassé par un infarctus. J’en fût bouleversé , et dire qu’aujourd’hui Jean Luc me manque est peu dire…nos coups de fils du matin, son rire, bref tout lui!

C’était lui qui m’avait poussé a entamer les démarches pour cette VAE.

Ma surprise avait été totale quand la personne qui m’avait reçu à la Direction Départementale des Sports à Nîmes m’avait indiqué que je devais postuler pour un BEES 2ème degré.

Le 13 juin 2007 la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports de Montpellier avait acté ma demande. J’ai encore le dossier qui était prêt.

Mais voilà un seul être vous manque et…

Et j’ai abandonné. Pas de BEES 2ème degré.

Le 1 juillet 2007 j’ai démissionné de la Ligue du Languedoc.

Fin d’une triste histoire…

Mon diplôme d’entraîneur

Ecrit par: Bernard Brun - Le 19 février 2016

diplôme entraîneur fédéral (2)

J’ai obtenu ce diplôme très tard en fait!

Mon premier diplôme d’entraîneur, le premier degré comme on disait à l’époque, je l’avais obtenu en 1969 au CREPS de Montpellier, le CTR de l’époque , et examinateur , était André Gasc et c’était Jean Jacques Court qui m’y avait envoyé. Jean Jacques était alors prof d’EPS à Alès et entraîneur du club, l’ASPTT Alès.

J’ai mal là…tralala!

Ecrit par: Bernard Brun - Le 19 mars 2015

Ah ces coureurs!

Du plus on que je me souvienne, et cela fait un bail, je crois que je n’ai pas assisté à un entraînement où l’un des coureur n’ai pas dit:

« J’ai mal là! »

Comme si la souffrance était indispensable à la pratique de la course à pied!

Il est vrai que on peut lire ou entendre que se « faire mal » est la marque d’une bonne pratique et celle des plus grands champions, celui qui saurait « se faire mal » serait le meilleur…

Pour l’avoir vécu et l’avoir vu chez bien d’autres que moi les meilleures performances se font au contraire dans une certaine facilité.

Par contre se taper un grosse VMA avec une météo de m… n’est pas une promenade! Une belle « pantel » laisse le coureurs souvent exsangue!

L’inquiétude est souvent la véritable raison de ces « douleurs »…

Alors?

Le rôle de l’entraîneur est d’évaluer cette « douleur » et déterminer si elle est à prendre en compte.

Soit c’est une blessure et ici on met en place ce qui s’impose: des soins.

Soit c’est cette « inquiétude » qui tenaille le coureur et alors la parole va jouer à plein.

Et comme disait la maman de Karine:

« Il vaut mieux que tu est mal là plutôt qu’à ton cul, parce que tu ne pourrais pas t’assoir dessus! »

 

Eric au top!

Ecrit par: Bernard Brun - Le 18 mars 2015

eric france pompier

Complaisance?

Ecrit par: Bernard Brun - Le 09 mars 2015

Je me suis laissé dire…

Savez vous qu’un contrôle antidopage désigne un certain nombre de coureurs?

Savez vous que ces contrôles peuvent être orienté vers tel ou tel individu?

Savez vous que ces individus le savent?

Savez vous que dans l’entourage de ces individus des proches savent?

Oui vous le savez probablement…

Vous savez aussi ceci:

Christophe Basson est suspendu un an par la FFC pour avoir manqué un contrôle antidopage lors des championnats de France de VTT suite à un abandon dû à une hypoglycémie./…/ Le 2 mai 2013, il est finalement blanchi par l ‘ AFLD.

Alors comment se fait-il que les coureurs à pied ne sont pas soumis aux même obligations que les cyclistes?

Comment se fait-il qu’ils ne signent pas une feuille d’émargement?

Au France de cross certains, qui n’ont pas été repéré par leurs escortes, se sont débinés tranquillement…

Complaisance?