Les beaux jours arrivent…et la chaleur!

Ecrit par: Bernard Brun - Le 30 mai 2019

Chaleur et sport Nous avons tant espéré la sortie de l’hiver avec le froid, la pluie, le vent!

Hé bien ça y est!

Mais la vie du coureur va-t-elle pour autant devenir rose?

Oui et non!

Oui parce que c’est bien agréable de cavaler en short et tee shirt!

Non parce que une des plus grande « ennemie » du coureur est une chaleur trop élevée.

J’ai connu des coureurs en surchauffe et …ce n’est pas beau à voir. Je me souviens d’une coureuse qui lors de la course de la Pentecôte à Anduze avait connu une défaillance majeure. Avertis par un coureur je suis remonté vers elle, elle était sur le sol inconsciente…j’ai eu très peur, puis les pompiers sont arrivés accompagné d’un ami médecin, et je pense qu’elle n’a jamais récupéré totalement de ce choc.

Alors?

Prenez soin de vous.

Évitez de courir quand les températures sont trop élevées, courez soit tôt le matin ou tard le soir. Le matin ce n’est pas toujours facile de se mettre en train surtout si il y a une séance qualitative programmée. Le soir une séance tardive retarde grandement le sommeil.

Recherchez les zones ombragées, évitez les routes exposées où la chaleur va être emmagasinée dans la journée.

Négociez avec votre mairie afin d’obtenir une ouverture tardive du stade, mais ce n’est pas gagné…

Malgré tout le soir il peut faire encore très, très chaud,  à Alès par exemple il peut faire encore une trentaine de degrés vers minuit…

Prenez , si cela est possible(!), vos vacances en altitude ou dans une zone géographique où les températures sont raisonnables. Je suis allé pendant des années à Bugeat en Corrèze, c’était idéal, il pouvait faire chaud dans la journée, mais dès que le soleil s’était caché il faisait bon courir!

Alors buvez, arrosez vous, prenez des pauses un peu plus longue (un cardiofréquencemètre est utile dans ces conditions).

Vous pouvez aussi prendre des vacances et couper un peu…

Quand on s’entraîne la notion de plaisir est toujours difficilement interprétable, chacun voyant midi à son horloge, mais l’été il a des jours où le plaisir…bof!

 

Le silence des agneaux

Ecrit par: Bernard Brun - Le 27 mai 2019

Dans une récente interview Hassan Chahdi répond, après un long silence, à une question sur Morhad Amdouni .
Ah, ces silences assourdissants, que n’en ai-je entendu !
On se croirait dans causa nostra , Parle plus bas car on pourrait bien nous entendre chantait Dalida !
Depuis un quart de siècle j’ai pu observer, et vous aussi, des performances « étonnantes ». Combien de records du monde et de France « propres » ? Poser la question est y répondre en…silence !
« L’affaire Calvin » n’est qu’une tempête, et ce n’est pas la première, dans un verre d’eau . On s’agite beaucoup et après ? Silence !
Elle va en prendre pour 4 ans ? Cela changera quoi ? Rien. Silence !
La démarche de quelques coureurs qui consiste à, indépendamment de l’AFLD, un suivi biologique part d’un bon sentiment, mais que diable ce n’est pas normal. Silence !
Au niveau des moyens pour ce suivi, j’hallucine, il faut trouver que 2000€ par coureur. Est-ce si insurmontable ? Il y a quelques années le club d’Alès avait voté un budget de 10000€ par an pour ce suivi…silence !
Seul le législateur peut, et doit, écrire des lois, tant au niveau de l’État qu’au niveau mondial, qui permettraient de lutter efficacement contre le dopage. Aujourd’hui on s’en prend au lampiste c’est comme si la lutte contre la drogue se limitait au dealer du quartier . Il faut impliquer tout le monde du bas au haut de l’échelle, athlètes, coachs, dirigeants de clubs, dirigeants de comités, ligues, fédéraux, cadres techniques, médecins.
Je fatigue…
Qui est Hannibal Lecter ?

Immense solitude…

Ecrit par: Bernard Brun - Le 27 avril 2019

 

Dans la vie d’un entraîneur il y a des moments de spleen…

Quand ?

Quand des coureur-euse-s sont malades ou blessé-e-s.

Le pourquoi reste un point d’interrogation car les causes peuvent être multiples…

Le comment récupérer de ce souci est aussi problématique, trouver un bon toubib disponible, un bon radiologue disponible, un bon kiné / ostéo disponible…

Au cours de toutes ces années de terrain j’en ai souffert !

Est-ce mieux aujourd’hui que hier ?

En 1987 j’avais été interviewé par Noël Tamini, Bobin venait d’être élu à la FFA et je disais :

« Avec lui j’ai beaucoup d’espoir, mais je doute que chez les coureurs cela change grand-chose. Je crains que le responsable n’ait pas les moyens de sa politique. »

Aujourd’hui la politique de Macron en matière de sport est très préoccupante , notre ministre parle de budget « sincère » en supprimant à tour de bras les conseillers techniques et en diminuant les budgets…

Aujourd’hui la fédé connaît de gros soucis avec, notamment, la peste du dopage…

Heureusement qu’il y a les compagnons de stade !

Spiridon juin 1987 1Spiridon juin 1987 2

 

Course à pied, terre de contraste !

Ecrit par: Bernard Brun - Le 14 avril 2019

Hier après midi je me trouvais à Cardet, un petit village non loin d’Alès, pour la remise des prix du Challenge Raphaël Pujazon. Pendant le temps d’un marathon j’ai pu voir un défilé de jeunes coureur-eu-s, tous magnifiques !
C’est mon athlé.
Ce matin j’ai vu Calvin battre un record de France. Va-t-elle accepter qu’il soit homologué ? Je ne sais pas parce que au vu de sa course elle peut faire mieux !
Mascarade, triste mascarade !
Ce n’est pas mon athlé.
Le Challenge Pujazon vit depuis 21 ans, pas sur que la martégale dure aussi longtemps !
PS : un sourire pour nos commentateurs avec leurs « Florence Calvin »…. la donzelle a peut être une jumelle ce qui expliquerait bien des choses !

Calvinade!

Ecrit par: Bernard Brun - Le 21 mars 2019

Chez nous il y a des gardonnades , c’est quand nos Gardons se mettent en colère et qu’ils connaissent des crues dévastatrices.
Depuis le 10 mars il faudra que Le Petit Robert rentre dans ses nouvelles définitions : calvinade.
Définition ? Au plus court ? Prendre les gens pour des cons !
En effet la flèche de la « Venise provençale » a fait fort, dire qu’elle nous a mené en gondole est peu dire !
Reprenons : au cours du semi de Paris elle passe en 16’24’’ au 5km ce qui est un record de France, et ?
Elle ne veut pas que le record soit homologué !
Est-ce parce que ce record est réglementairement suivi d’un contrôle antidopage ? Je ne sais pas…
Mais qu’elle le veuille est une chose, mais que ça lui soit permis c’est autre chose !
Dans la vie de tous les jours puis-je par exemple:
Refuser un contrôle routier ? « Pardon monsieur le gendarme je suis bourré, j’ai grillé un stop mais je reviendrai demain ! »
Vaut mieux en rire ?