Les beaux jours arrivent…et la chaleur!

Ecrit par : Bernard Brun - Le 30 mai 2019

Chaleur et sport Nous avons tant espéré la sortie de l’hiver avec le froid, la pluie, le vent!

Hé bien ça y est!

Mais la vie du coureur va-t-elle pour autant devenir rose?

Oui et non!

Oui parce que c’est bien agréable de cavaler en short et tee shirt!

Non parce que une des plus grande « ennemie » du coureur est une chaleur trop élevée.

J’ai connu des coureurs en surchauffe et …ce n’est pas beau à voir. Je me souviens d’une coureuse qui lors de la course de la Pentecôte à Anduze avait connu une défaillance majeure. Avertis par un coureur je suis remonté vers elle, elle était sur le sol inconsciente…j’ai eu très peur, puis les pompiers sont arrivés accompagné d’un ami médecin, et je pense qu’elle n’a jamais récupéré totalement de ce choc.

Alors?

Prenez soin de vous.

Évitez de courir quand les températures sont trop élevées, courez soit tôt le matin ou tard le soir. Le matin ce n’est pas toujours facile de se mettre en train surtout si il y a une séance qualitative programmée. Le soir une séance tardive retarde grandement le sommeil.

Recherchez les zones ombragées, évitez les routes exposées où la chaleur va être emmagasinée dans la journée.

Négociez avec votre mairie afin d’obtenir une ouverture tardive du stade, mais ce n’est pas gagné…

Malgré tout le soir il peut faire encore très, très chaud,  à Alès par exemple il peut faire encore une trentaine de degrés vers minuit…

Prenez , si cela est possible(!), vos vacances en altitude ou dans une zone géographique où les températures sont raisonnables. Je suis allé pendant des années à Bugeat en Corrèze, c’était idéal, il pouvait faire chaud dans la journée, mais dès que le soleil s’était caché il faisait bon courir!

Alors buvez, arrosez vous, prenez des pauses un peu plus longue (un cardiofréquencemètre est utile dans ces conditions).

Vous pouvez aussi prendre des vacances et couper un peu…

Quand on s’entraîne la notion de plaisir est toujours difficilement interprétable, chacun voyant midi à son horloge, mais l’été il a des jours où le plaisir…bof!