Je vacille…

Ecrit par : Bernard Brun - Le 22 juillet 2013

Vaciller sur ses fondations, c’est une expression qui dit bien ce qu’elle veut dire…

En ce qui me concerne qu’elles sont mes fondations?

A priori très solides mi-granit mi-schiste!

Je me cantonnerais à rester dans le domaine du sport, tout le reste n’intéressant probablement que moi et quelques proches!

P… de sport!

Bien sur quand je mets sur les deux plateaux d’une balance (oui les jeunes « avant » les balances possédaient deux plateaux!) les « plus » et les « moins », les plus l’emportent encore, mais,mais,mais…

Le point d’équilibre, je le sens , je le vois est atteint et, inexorablement, le plateau des « moins » va peser plus lourd que le plateau des « plus ».

Oui inexorablement.

Mes fondations dans le domaine du sport c’est mon père, qui fut un « petit » coureur cycliste, qui m’a transmit la passion du vélo, avec les glorieux anciens français Bobet, Geminiani, Darrigade, Anglade et les jeunots Anquetil, Poulidor et les étrangers Coppi, Gaul, Koblet, Kubler.

Mes fondations sont aussi éducatives avec l’idée généreuse du « don aux autres ».

Bref…les fondations sont là, solides, mais,comment dire, c’est le terrain autour qui s’effritent, se ramollit (syndrome de Venise?!).

Dans cette boue comment tenir debout?

Il y a ce dopage qui gangrène tout! En ce qui me concerne je n’y crois plus. Le Tour de France cycliste , les perfs sur marathon, les perfs en demi-fond, les perfs en sprint, tout cela m’écœure…

Et ce n’est une sortie vivifiante hier à Marvejols Mende qui peut me régénérer…

Il y a aussi bien avant le dopage les comportements des individus. J’ai vu en quarante ans le « statut » (si « statut » il y a!) de l’entraîneur bien changer…

Notre société est dites depuis les années 1960  de « consommation » (j’ai bien l’impression d’ailleurs que cela fait parti du passé, mais je m’éloigne…) et l’entraîneur est devenu de fait lui aussi un objet de consommation.

L’artisan qu’il fut reste un artisan, mais pas avec plus de moyens, même si quelques joujoux électroniques ont faits leurs apparitions. Comme tout les petits artisans internet est venu en rajouter une couche, le virtuel au secours du couraillon fait de chair, de sang et d’os…

Oui l’artisan entraîneur atteint vite son niveau d’obsolescence, comme les machines à laver!

On voit des gens qui viennent, qui repartent, comme ça…

Pourquoi? On ne sait pas…un pet de travers peut être…

Ces derniers mois j’ai connu quelques déconvenues qui ne m’ont pas touché profondément comme cela aurait  le cas en d’autres temps…Et puis cela me coute du pognon cette plaisanterie…

Et c’est en ça que je dis que je vacille.

Dans ma vie la course à pied a tenu une place importante et bien ce n’est plus le cas, c’est un constat.

Comme disait , je crois, le père Chirac:

« Cela m’en touche une sans faire bouger l’autre »
Ce n’est pas délicat?

M’en fous! Tout le monde a compris…

Alors quoi?

Je ne vais pas essayer désespérément de m’arracher de ce cloaque, pour remettre le pied un peu plus loin dans la même m…

Je vais changer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>